Dès 2 ans : l’Equimotricité (c) version Equifairplay asbl.

L’équimotricité (c) et l’apprentissage de l’équitation

L’équimotricité est une méthode développée par Catherine Saublens qui ne vise pas à former de jeunes cavaliers mais à soutenir le développement de l’enfant, ses apprentissages scolaires et favoriser son autonomie.  C’est une autre dynamique que le « baby poney » : l’Equimotricien (c) va accompagner l’individu tel qu’il se présente à lui « ici et maintenant » et l’aider à épanouir ses potentiels dans tous les domaines. Le poney est alors considéré comme un support affectif.

Après une formation chez Catherine et les premiers « tests » en piste, une évidence est apparue : adjoindre l’essence de la méthode au canevas classique des méthodes d’apprentissage des fondamentaux de l’équitation donnait des résultats positifs plus qu’étonnants !

Ainsi, alors que je n’imaginais pas pouvoir demander une « tenue » des rênes satisfaisante et une coordination ‘jambes-mains » de base à un enfant de 4 ans, en liberté sur son poney – sans restreindre l’aspect sécuritaire -, j’ai du revoir ma copie et m’émerveille quasi à chaque séance des progrès tant au niveau équestre que dans les autres volets de leur développement (langage, habilités motrices, confiance en eux etc).  Les parents témoignent aussi des effets bénéfiques  à la maison …

Séance type d’Equimotricité (c)

View more photos →

et pour les ados et les adultes ?

Préparer son corps et son esprit à l’activité sportive et relationnelle qu’est l’équitation est tout aussi important.  Les tensions physiques et psychiques du cavalier s’inscrivent sur sa monture et parasitent le potentiel plaisir du couple.
Nous n’avons pas choisi ce sport par hasard et l’attirance, l’amour pour cet animal merveilleux qu’est cheval est notre tronc commun.  Ce moteur précieux est à préserver et à épanouir : c’est à mes yeux, avec la garantie de la sécurité du cavalier et sa monture, l’essence du travail spécifique de l’enseignement de l’équitation par rapport à d’autres sports.
Une séance avec le cheval va donc toujours comporter aussi une part d’échauffement au sol et à l’arrêt (monté).  Il peut aussi s’agir ensuite d’apprendre à longer, travailler à pieds, détecter les signes de tensions musculaires d’un animal et y remédier, apprendre à en devenir l’éducateur attentif, juste et bienveillant  …

et les animaux ?

Un cheval/poney content d’être choisi pour venir en séance, est-ce possible  et comment  parvenir ? Comment aussi limiter les risques de défenses dangereuses et/ou défoulement explosif de nos amis équins ?  C’est par ici

 stage d'été - S6 029

Laisser un commentaire