Les poneys et chevaux – bien-être

Dans différents pays européens, notamment en Suisse mais aussi chez nous (les poneys de foire, charte des poneys-club Wallonie Bruxelles …), les lois et pratiques changent et mettent l’accent sur le bien-être de nos partenaires équins. Voir la vidéo officielle sur les besoins et exigences des chevaux (Suisse – très instructive !).

Outre une question d’éthique, il en va aussi du bon sens … un  animal « bien dans sa tête » et en bonne santé est moins susceptible de présenter des comportements dangereux pour nous !

La gestion de l’écurie et de la cavalerie est le fruit de l’expérience mais aussi de plusieurs formations (par ex. ‘Corps à corps’ de Daniel Goffaux – réussite 2ème degré en éthologie équine, 3ème degré théorique),  dont la dernière en Equitation Physiologique , et la mise en application de ce qui nous été transmis.

Les poneys dont nous sommes responsables  vivent en groupe social des tous âges et sexe (mâles castrés), en stabulation libre  (abri accessible h 24).
En box pour la nuit pour les chevaux mais toute la journée en prairie.
Outre l’herbe, ils ont du foin à volonté, sont complémentés en minéraux, vermifugés et parés (pas de fers) régulièrement. Vétérinaire, dentiste, ostéopathe interviennent pour nous aider à assurer leur bonne santé.
Ne vous étonnez pas du peu d’herbe dans les prairies poneys. Ces petits rustiques sont issus de races qui vivent sur des terrains très pauvres en ressources alimentaires. Pour eux, les prairies liégeoises – adaptées aux vaches laitières – sont bien trop riches et avoir un accès non régulé à de la « belle herbe » peut entrainer des pathologies à l’issue parfois mortelle.

Le foin et les carottes constituent  donc leur aliment principal.

Pour les chevaux (en fonction des besoins de l’individu), outre le foin lorsqu’ils sont  au box la nuit (un cheval mastique en moyenne 16 hr sur 24 hr), un complément en grain (sans soja ni mais ogm et sans mélasse mais  enrichi en minéraux, biotine etc) est distribué.

Et en piste ?

Une fois les besoins équins assurés, nous voici arrivés à la partie travail.  Celui-ci est limité, à savoir 8 heures semaine de travail monté en moyenne (un peu plus en périodes de stages, un peu moins en périodes creuses).
Un harnachement adapté à la morphologie de l’individu et évidemment contrôlé régulièrement est le préalable.
Ensuite, les méthodes éducatives sont basées sur la psychologie de l’animal et en particulier le renforcement positif à l’aide de récompenses (caresses, félicitations, carottes …). Deux cravaches se cachent dans la sellerie, qui sont utilisées uniquement pour apprendre au cavalier à en tenir une ; dans le cadre du travail à pieds pour indiquer à l’animal certains mouvements en touchant une ou l’autre partie de son corps et en balade pour inviter les conducteurs de véhicules à s’écarter lorsqu’ils s’apprêtent à dépasser …
Enfin, l’apprentissage des cavaliers met l’accent sur le respect de l’animal, de ses mouvements naturels et de ses besoins de compréhension des demandes. Les ordres vocaux sont privilégiés pour préserver les bouches et les flancs des effets d »actions maladroites des débutants.
Les animaux sont invités à adopter des positions physiologiques pour préserver leur corps et limiter les tensions musculaires douloureuses liées à la charge du cavalier.

Animaux curieux et intelligents, ils bénéficient aussi de l’équimotricité (c) par l’enrichissement constant de leur environnement : ils découvrent et apprennent de nouveaux parcours chaque semaine, vivent des expériences sensorielles et des défis !

Kiwi, maman de tchoupi

Kiwi, maman de tchoupi

Tchoupi, né le 12 mai 14

Tchoupi, né le 12 mai 14

septembre beemont 014

Alf, au pair – Propriété de Paule

Pirate

Pirate

 

Arrêter le poney au bon endroit

Arrêter le poney au bon endroit

Visitez les albums sur la page facebook d’équifairplay et découvrez storm, crystal, Lallo, chipie …

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire